lundi 7 mai 2012

Gagnant-gagnant mon cul !

Même d’un point de vue corporatiste, l’offre gouvernementale est ridiculement décevante: elle ne comporte aucune garantie de gains pour les étudiant-es, ne faisant que reporter le problème de 6 mois. Le montant de 125$ réduisant la facture étudiante la session prochaine n’est pas même garanti à long terme: c’est seulement une marge de crédit ouverte au cas improbable où les discussions sur la gestion des universités porteraient fruit.

L’offre propose aussi la création d’un comité chargé de dégager des sommes dans la gestion des universités, mais n’ayant aucun pouvoir réel: la décision finale d’appliquer ou non ses recommandations reviendra à la ministre. La composition du comité, où la partie gouvernementale sera majoritaire, ne permet aucunement de penser que ce qui s’y discutera sera bénéfique. La forte présence des recteurs d’universités, par exemple, empêchera certainement de remettre en question les salaires indécents de ceux-ci ou bien la qualité de leur gestion, et ce malgré les illusions puériles du président de la FECQ, Léo Bureau-Blouin. La nature de ce qui sera considéré comme du gras à couper est toujours inconnue et personne ne peut garantir que les services aux étudiant-es ne seront pas prioritairement ciblés. 

De même, les sommes dégagées par l’exercice de gestion des coupures ne seront réinvesties que dans la diminution des frais afférents (FIO), alors que ceux-ci varient non seulement considérablement d’université en université, mais ne sont pas suffisamment élevés pour compenser la hausse prévue même s’ils étaient complètement éliminés. En moyenne, ces frais représentent 700$ par année. S’ils sont entièrement éliminés, la hausse demeurera tout de même de plus de 1000$ par année. L’offre est donc financièrement extrêmement limitée et les possibilités sont grandes pour qu’elle ne se matérialise tout simplement pas. 

En résumé, il nous est dit qu’on s'arrange pour que la facture n'augmente pas le temps qu'un comité remette un rapport sur la gestion des universités, dans 6 mois. L'objectif est de donner un bonbon assez gros pour forcer un retour en classe et nous faire perdre notre rapport de force. La hausse est maintenue. On ne gagnera rien avec ça.

12 commentaires:

  1. Je suis de très près vos revendications d'autant plus que ma fille est étudiante. Bien que j'estime qu'une hausse des frais de scolarité est nécessaire et donc incontournable (tout augmente que voulez-vous, le prix du lait comme les frais de scolarité) j'admirai néanmoins jusque là la détermination et la persévérance des étudiants dans leur lutte tout en dénonçant l'inertie voulue du Gouvernement du Québec. Cependant les événements survenus hier dans le métro de Montréal dont certains membres de votre organisation semblent être les auteurs joints au réquisitoire en règle contre le représentant de la CLASSE en première page de votre site me laissent croire que votre regroupement est peut-être à l'origine de l'embauche des casseurs qui ont perturbé gravement les manifestations durant lesquelles des étudiants ont été grièvement blessés. À vous lire je reconnais certains termes idéologiques des groupuscules des années 70 comme les Brigades Rouges (oui! jusque là!). J'ai connu les événements de Mai 68 (j'avais 18 ans alors)au cours desquels un homme a été tué je vous conjure donc d'arrêter toute provocation. Vous êtes jeunes, vous avez la vie devant vous, ne la compromettez pas pour la recherche d'une poussée d'adrénaline (parce que c'est ça au fond, j'ai eu 20 ans moi aussi!) qui pourrait vous conduire à des conséquences irréversibles.
    Amicalement, F.C.

    RépondreSupprimer
  2. En passant votre titre Gagnant-Gagnant mon Cul c'est assez vulgaire Merci ! Ais-je bien lu :"FEC s’est construite autour d’une initiative visant à développer la culture nécessaire à une lutte victorieuse." Si je comprends bien,la culture necessaire est de devenir vulgaire et provocateur?

    RépondreSupprimer
  3. Et bin...meme vous censurer les commentaires qui ne font pas votre affaire...Belle facon de demontrer votre culture !!

    RépondreSupprimer
  4. Un ramassis de détritus de l'UQÀM et du Vieux-Montréal. Génial.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai une bonne idée pour pouvoir réduire les frais de scolarité de nos vaillants étudiants. Fermons l'UQAM, cette "christ" d' université qui forme des "ostis" parasites sociaux comme ceux qui militent dans votre organisation de gauchiste de "marde". De cette façon, nous allons pouvoir générer des économies que vont pouvoir bénéficier les vrais étudiants, ceux qui étudient dans les vrais programmes d'études universitaires, soit les sciences dures. Ceux qui vont être productifs pour la société de demain. Pour les autres, ils auront juste à commencer à passer la moppe plus tôt. De cette façon, ils vont économiser beaucoup d'argent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour votre information, sciences UQAM est en grève depuis plus de deux mois, et même médecine a fait des semaines de grève.

      Supprimer
    2. Même médecine en grève. Or j'ignorais qu'on offrait médecine dans une université du Québec dite publique comme l' UQAM, les diplôme de médecine vont perdre du prestige. Haha ha!!! Blague à part, mon avis est oui pour la gratuité, mais seulement pour ceux qui performent et une grosse taxe à l' échec. Dans ce contexte, nous allons vider les universités des parasites...donc beaucoup d'économie et la productivité augmentera. Les études supérieures c'est faite pour ceux et celles qui veillent étudier et qui sont motivés. Non pour des petits christ casseurs!!!

      Supprimer
    3. Les sciences « dures »? Un ensemble de méthodes de répression pour s'assurer de la docilité de « la société de demain »?

      Supprimer
  6. Non, un ensemble de connaissances qui apportent une plus-value à la société !!!

    Effectivement, le gouvernement Charest est très docile avec vous, ce gouvernement de droite avec ses politiques néo-libérales (gros sarcasme). Nos pauvres sont dont bien pauvres au Québec, nos BS sont dont bien maltraités au Québec et dire que le gouvernement va les rendre encore plus dans la "marde" en augmentant les frais de scolarité. Malgré le fait que je ne suis pas un fan des libéraux et de Charest, nous avons la chance d'avoir un gouvernement qui a décidé de prendre ses responsabilités, chose que vous ne faite pas et encore moins le PQ et Québec Solidaire qui pellettent toujours la facture par en avant.

    Avant de lancé des roches aux policiers ou sur des biens publics ou des biens privés, vous devez choisir votre bataille, présentement votre bataille n'a aucune crédibilité, comme vos leaders étudiants d'ailleurs !!!

    Et je suis bien heureux d'avoir fait le choix des sciences dures à 21 ans, et ce, après avoir complété un DEC sciences humaines. Maintenant, je ne suis pas dans la misère, mais cela prend un effort! Effort, un mot que je pense que vous ne connaissez pas la signification, tout comme le sens des responsabilités.

    En terminant, cela ne vaut pas la peine de perde un oeil pour une cause aussi stupide et non crédible qui la votre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais oublié, oui effectivement vous avez été fourrés avec l'entente à la table de négo. C'est pas étonnant avec les leaders que vous avez. Vous avez les leaders que vous mérités, soit deux petits cons et une petite conne qui connaissent rien aux finances !!!

      Supprimer
    2. "Malgré le fait que je ne suis pas un fan des libéraux et de Charest, nous avons la chance d'avoir un gouvernement qui a décidé de prendre ses responsabilités, chose que vous ne faite pas et encore moins le PQ et Québec Solidaire qui pellettent toujours la facture par en avant."

      Môssieu le néo-nazi semble oublier que les dépenses ont crû plus rapidement avec les libéraux qu'avec le PCul.

      Et moi j'ai décidé d'aller en sciences à 17 ans, je suis meilleur que toi! GNAGNAGNAGNAGNA!

      Supprimer
    3. Je suis bien content pour vous monsieur !!!

      Supprimer