jeudi 23 février 2012

PARABELLUM

Si vis pacem, para bellum ; si tu veux la paix, prépare la guerre. Voici le journal de grève de Force étudiante critique. Il se veut une contribution à cette lutte étudiante qui n’est qu’un moment de la lutte totale contre la société capitaliste et ses structures patriarcales et racistes les plus arriérées.
Télécharger en PDF

Sommaire

Éditorial 1
Problème technique 3
Critique féministe de la conception libérale de la démocratie 4
L'effet papillon: ouvre-boîte pour un mouvement hermétique 5
Q-de-Sac: analyse critique de la social-démocratie québécoise 8
PropAGande 11
La poigne de fer 12
Précaires parmi les précaires 13
Mirage médiatique 14
Présentation du groupe 16



Si vous désirez des copies papier, écrivez-nous et nous prendrons arrangement.

6 commentaires:

  1. Vraiment très bon.
    Surtout l'analyse sur la social-démocratie québécoise.

    RépondreSupprimer
  2. C'est de la bombe vos articles! Vos pratiques ne peuvent laisser indifférent les quelques perclus.es qui n'ont pas su trouver la force et les mots pour continuer une saine implication dans la lutte révolutionnaire.

    Je vous partage cette citation :

    Une chose m'étonne prodigieusement — j'oserai dire qu'elle me stupéfie — c'est qu'à l'heure scientifique où j'écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu'un ou de quelque chose. Quand on réfléchit un seul instant, ce surprenant phénomène n'est-il pas fait pour dérouter les philosophies les plus subtiles et confondre la raison ?

    [...]

    Je te l'ai dit, bonhomme, rentre chez toi et fais la grève.

    La grève des électeurs par Octave Mirbeau

    K.

    RépondreSupprimer
  3. Très surprenant, je n'ai que peu de mots pour exprimer la hauteur du tenant de ce dont vous exposez dans ce journal, toutes mes félicitations.

    Emilie M-M

    RépondreSupprimer
  4. Vraiment excellent! La seule critique que j'aurais à faire est au niveau de l'article "Précaire parmi les précaires". Elle est à la fois positive et négative.

    Positive parce qu'effectivement, on balai souvent sous le tapis cette double ou triple oppression (selon le cas), dans le mouvement étudiant comme ailleurs. Chapeau d'y remédier!

    Par contre, votre encadrée de la dernière page présente le journal comme un "moment de la lutte totale contre le système capitaliste et ses structures patriarcales et racistes". Certes, c'est mentionné, mais avouons que le peu de profondeur de l'article "Précaire parmi les précaires" ainsi que son emplacement en quasi apartheid en fin de journal traduit mal dans les faits cette lutte totale contre le racisme.

    Je résumerais ma critique ainsi: 1)Bravo!!! 2)Attention de ne pas traiter la lutte au racisme dans les publications à venir de FEC comme le fait Ultimatum avec le patriarcat!

    Eloï B

    RépondreSupprimer
  5. La « démocratie » est une pièce de théâtre pré-fabriquée.

    RépondreSupprimer
  6. GANG DE TROUS DE CUL

    RépondreSupprimer